Timeliner





Election de Trump : les jours d’après

Marine Quideau 14 novembre 2016
WTF Trump
14Nov
Homme d’affaires et de télé, milliardaire, marié 3 fois…et désormais 45ème Président des États-Unis. Mardi 8 novembre, Donald Trump a en effet conquis suffisamment de Grands Électeurs pour accéder à la fonction suprême. Il est pour l’instant « Président Élu » et devrait prendre ses fonctions officielles le 20 janvier à midi lors de l’Inauguration Day. Alors, que se passe-t-il entre le scrutin et l’emménagement dans le Bureau Ovale ?

Après plus de 18 mois d’une campagne éreintante, violente et historique, Donald Trump l’a emporté face à sa rivale démocrate Hillary Clinton. Avec 279 Grands Électeurs acquis (contre 228 pour Clinton), le milliardaire républicain est donc devenu le « Président Élu » des États-Unis, un terme qui signifie qu’il n’occupe pas encore le poste officiellement.

Pour rappel, l’élection présidentielle américaine est un scrutin universel indirect. Les citoyens votent pour de Grands Électeurs ayant prêté allégeance à l’un ou l’autre des candidats. Ils sont au nombre de 538 et pour accéder à la Maison-Blanche, les candidats doivent en « gagner » 270. Chaque État se voit attribuer des Grands Électeurs selon le nombre de ses représentants au Congrès : 2 sénateurs, quel que soit le poids démographique de l’État, et des élus de la Chambre des Représentants, calculés, eux, selon la population.

Et ce sont eux qui voteront de manière définitive pour le Président. En effet, le 19 décembre prochain, le collège électoral des Grands Électeurs sera appelé à donner son verdict final. A noter, ce collège électoral ne se réunit jamais en comité unique. Les Grands Électeurs se réunissent dans la capitale de leur État respectif. Chacun sera alors en mesure de voter séparément pour le Président et le Vice-Président.

carte-2016

Alors, ce collège électoral peut-il revenir sur le résultat du scrutin et ne pas nommer Donald Trump ? Dans 24 États sur 50, les Grands Électeurs sont tenus par des textes de loi de soutenir le candidat de leur parti. Ayant été nommés par leur formation politique respective, ils ont prêté serment et se doivent donc de faire preuve de loyauté envers le candidat et le parti.

Les cas de « trahison » ont d’ailleurs été rares dans l’histoire électorale américaine. Entre 1948 et 1988, plusieurs Grands Électeurs ont refusé de voter pour le Président Élu, comme en 1976 lorsque le Sénateur Mike Padden a préféré voter pour Ronald Reagan plutôt que pour Gerald Ford…plus récemment, en 2000, la Sénatrice Barbara Lett-Simmons a voté blanc, refusant de soutenir Al Gore ; ou encore en 2004, lorsqu’un élu du Minnesota s’est trompé de « John », votant pour John Edwards (alors sur le ticket démocrate en tant que Vice-Président) plutôt que pour John Kerry.

Une fois cette étape passée, les « certificats électoraux » (les votes des Grands Électeurs) sont présentés devant le Congrès réuni. La loi fédérale prévoit que le dépouillement doit avoir lieu le 6 janvier suivant l’élection. Les certificats sont dépouillés et comptés par deux assesseurs.

Si aucun candidat à la présidence ne recueille les 270 voix requises, la Chambre des Représentants doit se réunir immédiatement pour élire le Président. Seuls les trois candidats ayant reçu le plus de suffrages restent dans la course. En ce qui concerne le poste de Vice-Président, si aucun candidat ne sort gagnant, c’est le Sénat qui est chargé de choisir entre les deux candidats ayant reçu le plus de voix. Enfin, si le 20 janvier à midi, aucun candidat n’est désigné Président, c’est le Vice-Président Élu qui occupera la fonction suprême en attendant une éventuelle nomination.

Il y a donc peu de chances que Donald Trump n’entre pas en fonction. Il a d’ailleurs commencé à opérer la transition avec Barack Obama qu’il a rencontré le 10 novembre dans l’enceinte sacrée du Bureau Ovale.

Déjà en août dernier, les deux candidats, Trump et Clinton, se sont vus ouvrir les portes de la Maison-Blanche pour y installer une centaine de leurs conseillers chargés de réfléchir à près de 4000 noms de potentiels collaborateurs gouvernementaux. Depuis son élection, Donald Trump a également accès un bureau de transition à Washington et s’est déjà vu allouer un budget de plusieurs millions de dollars. Le nouveau Président devra également dévoiler les membres de son Cabinet début décembre.

trump-family

Enfin, le Républicain devra officiellement prêter serment à Washington, devant le Capitole, lors de l’Inauguration Day. Ce sera le 20 janvier 2017, à midi, date à laquelle les Trump s’installeront officiellement dans leurs nouveaux quartiers de la Maison-Blanche.

Dans la catégorieWTF?
Marine Quideau
A propos de l'auteur Marine Quideau