Timeliner





Un deuxième débat sous le signe de l’agressivité

Marine Quideau 13 octobre 2016
une-news-debat2
13Oct
La Washington University de St.Louis, dans le Missouri, a accueilli, dimanche 9 octobre, le second débat entre Hillary Clinton et Donald Trump. Un débat marqué par l’agressivité entre les deux candidats. Petite particularité de ce second round : les questions étaient posées par un panel de citoyens américains. Timeliner revient pour vous sur ce qu’il s’est dit pendant ces 90 minutes tendues.

Qu’il s’agisse des média ou des analystes politiques, tous s’accordent à dire que ce débat restera comme l’un des pires moments de l’Histoire américaine. Les deux candidats ont fait preuve d’une rare agressivité l’un envers l’autre, se traitant à maintes reprises de menteurs, se coupant sans cesse la parole. Clinton et Trump ne se sont d’ailleurs même pas serré la main en entrant sur le plateau, contrairement à Melania et Bill…

bill-melania-credits-reuters

Et en matière de coups bas, Donald Trump n’y est pas allé de main morte puisqu’une heure avant ce second débat, il a organisé une conférence de presse dans laquelle il a fait témoigner trois femmes ayant porté plainte contre Bill Clinton pour « abus sexuels » dans les années 1990. Elles ont ensuite été installées dans les tribunes du débat. Acculé par le scandale de la vidéo dans laquelle il tient des propos obscènes envers les femmes, le candidat républicain a ainsi tenté de détourner l’attention vers les Clinton, se mettant encore à dos son propre parti. En effet, le Président du Comité National Républicain, Reince Priebus, a déclaré que cette conférence de presse n’avait été décidée que par Trump et que le Parti n’était en aucun cas impliqué.

Quant à l’affaire de la vidéo, déjà baptisée « Sexgate » outre-Atlantique, elle est bien évidemment revenue comme un fil rouge tout au long du débat. Hillary Clinton s’en est emparée pour rappeler que les propos de son opposant, qu’ils soient à l’encontre des femmes, des musulmans, des Mexicains ou des handicapés, représentent bel et bien « ce qu’est Donald Trump ».

debat2-insert2-credits-s-crowley-nyt

Autre affaire qui a occupé ce débat, celle des emails. Petit rappel : lorsqu’elle était Secrétaire d’État, Hillary Clinton s’est servie de sa messagerie personnelle pour envoyer et recevoir des courriels professionnels et confidentiels. Une affaire pour laquelle le FBI a déjà blanchi la Démocrate. Lors du débat, Trump n’a eu de cesse de remettre cette controverse sur le tapis. « Si je gagne, je nommerai un procureur spécial pour enquêter sur votre situation », a déclaré le Républicain, « il n’y a jamais eu autant de mensonges, autant de tromperie et nous aurons un procureur spécial ». Il a même accusé Clinton d’avoir détruit ces courriels à « l’acide ou à l’eau de Javel, un procédé particulièrement cher ». C’est faux, ces emails ayant été détruits grâce à un programme informatique gratuit, sans l’aide, donc, de produits chimiques.

debat2-insert

Cafouillage également entre Donald Trump et son colistier, Mike Pence. Quelques jours auparavant, le 4 octobre, les deux prétendants au trône de Vice-Président s’affrontaient lors d’un seul et unique débat. Le Républicain s’est alors exprimé sur le conflit syrien, déclarant que les États-Unis devraient intervenir militairement si la Russie de Poutine et le régime de Bachar Al-Assad ne cessaient de bombarder les civils syriens. Une position radicalement opposée à celle de son partenaire de ticket, Trump ayant d’ailleurs confirmé qu’il « n’était pas d’accord » avec Pence, continuant ainsi à défendre la Russie et son président. Et lorsque Clinton tient Moscou et Damas pour responsables des bombardements sur les populations syriennes, le Républicain argue fermement que les bombes sont à destination de l’État Islamique seulement.

Et après 90 minutes de tension, à la limite parfois de l’insulte, l’un des spectateurs du débat a demandé à chacun des candidats de citer un point positif chez son adversaire. Hillary Clinton a ainsi rendu hommage aux enfants du milliardaire : « Je respecte ses enfants. Ses enfants sont extraordinairement compétents et dévoués. Ça en dit long sur Donald », éloge qu’elle conclut tout de même en rappelant qu’elle n’est pas d’accord « avec ce qu’il fait, avec ce qu’il dit ».

Et Trump d’enchainer sur sa rivale démocrate : « Sur Hillary, je dirais cela. Elle n’abandonne jamais. Et je respecte cela. C’est une battante. Je suis en désaccord avec elle sur ce qu’elle défend mais elle se bat, elle n’abandonne jamais. Et je considère cela comme un trait de caractère particulièrement fort. »

À la fin du débat, après ces quelques compliments, les deux candidats se sont finalement serré la main.

Dans la catégorieLES NEWS
Marine Quideau
A propos de l'auteur Marine Quideau