Timeliner





Avec Kaine, Clinton met la balle au centre

Marine Quideau 1 août 2016
Une_Kaine1
01Août

En choisissant Tim Kaine comme colistier, Hillary Clinton a créé la surprise lors de la Convention du Parti Démocrate. La candidate a ainsi défié l’aile gauche de son parti, une frange déjà déçue par l’élimination de leur favori, Bernie Sanders. En la jouant au centre, Hillary Clinton pense pouvoir rallier les électeurs indépendants et les Républicains anti-Trump.

Ils étaient sept en lice pour s’afficher sur le ticket démocrate aux côtés d’Hillary Clinton. Et c’est finalement le Sénateur de Virginie, Tim Kaine, que la candidate a préféré. « Tim Kaine est un optimiste implacable qui croit qu’aucun problème n’est insolvable si vous travaillez pour le résoudre » a déclaré Hillary Clinton.

Une_Kaine2

Un choix approuvé tant par le Parti que par l’ancien Président Bill Clinton. « Un choix sûr » selon les médias américains. Mais un choix qui déçoit nombre de partisans démocrates. L’aile gauche qui a d’abord cru en Bernie Sanders et son progressisme, et qui attendait Elizabeth Warren comme colistière. Et puis la communauté hispanique qui croyait pouvoir enfin être représentée au plus haut niveau, notamment grâce au potentiel choix de Julian Castro, l’ancien maire de San Antonio, d’origine mexicaine.

Un colistier d’expérience…

Tim Kaine, Sénateur de Virginie depuis 2013, affiche un CV remarquable. Après avoir obtenu son diplôme de droit à l’Université d’Harvard, il se spécialise dans la défense des droits civiques, ce qui lui vaut d’être extrêmement populaire auprès de la population afro-américaine, l’un des piliers du Parti Démocrate. En 1998, grâce notamment au soutien de membres noirs, il est nommé Maire de la ville de Richmond (Virginie), un poste qu’il occupe jusqu’en 2001. Durant son mandat, il lève des fonds pour construire des écoles publiques et encourager l’entreprenariat et la propriété immobilière.

En 2006, Kaine est élu Gouverneur de Virginie. S’il doit faire face à la crise économique et bancaire pendant son mandat, il parvient malgré tout à faire passer quelques lois sociétales, comme l’interdiction de fumer dans les bâtiments publics de Virginie ou encore le renforcement des lois en matière d’armes à feu dans son État (suite à la tuerie de Virginia Tech lors de laquelle une trentaine d’étudiants avaient été tués sur le campus), ce qui lui a d’ailleurs valu les vives critiques de Donald Trump à l’annonce de sa nomination. En 2008, il sera pressenti pour être le colistier de Barack Obama mais celui-ci lui préférera finalement Joe Biden. En échange, Obama le nommera président du Comité National Démocrate, un poste qu’il quittera en 2011 pour se lancer dans la course au Sénat.

Et c’est en 2013 que Tim Kaine prend officiellement ses fonctions de Sénateur de Virginie, un État déterminant dans la course à la Maison-Blanche, un de ces fameux « swing states », ces États où aucun des deux grands partis ne domine véritablement. C’est à ce poste que Tim Kaine fait ses preuves en matière de politique internationale. Il siège notamment au Comité de Politique étrangère en charge du Proche-Orient, de l’Asie du sud, de l’Asie centrale et du contre-terrorisme. Il parle couramment espagnol, une langue apprise lors d’une année de bénévolat au Honduras avec des missionnaires catholiques. Un bon point, peut-être, pour rallier la communauté hispanique.

…un peu trop modéré, voire réac’

Le choix de Tim Kaine ne fait donc pas l’unanimité au sein des partisans démocrates. L’homme se déclare volontiers anti-avortement et lorsqu’il était Gouverneur de Virginie, il a même établi un programme pour réduire le nombre d’IVG en faisant notamment la promotion de l’abstinence sexuelle ou en voulant soumettre l’avortement à un accord parental pour les mineures.

Insert_KaineOKKaine est en réalité un progressiste pragmatique. En témoignent ses positions sur la peine de mort. Fermement contre, il s’est tout de même plié à la législation de son État en laissant une dizaine de condamnés être exécutés pendant son mandat. En revanche, il s’est opposé, parfois avec succès, à l’étendue de l’application de la peine de mort et a banni l’utilisation de la chaise électrique en Virginie. Également opposé au mariage homosexuel, il n’a cependant pas ratifié l’amendement constitutionnel réservant strictement le mariage aux couples hétérosexuels.

Enfin, l’aile progressiste, favorable au changement que représentait Bernie Sanders, lui reproche deux choses essentielles : son manque de fermeté à l’égard de Wall Street et ses positions économiques trop libérales. Des critiques déjà vivement émises à l’encontre de la candidate Clinton. Kaine est en effet très proche de la sphère éco-financière. Une grande proportion des donations faites à sa campagne provient d’ailleurs de fonds d’investissements plus que puissants. Et puis, il soutient fermement le « Partenariat Trans-Pacifique »  signé par Barack Obama avec 11 autres pays.

Mais si certains médias ont qualifié Tim Kaine de « rasoir », le potentiel Veep de la potentielle première femme Présidente des États-Unis a su soigner son entrée lors de son discours devant la Convention Nationale Démocrate.

Dans la catégorieLES NEWS
Marine Quideau
A propos de l'auteur Marine Quideau