Timeliner





Ces Conventions qui ont marqué l’Histoire

Marine Quideau 5 juillet 2016
Une Top Convention OK
05Juil
Ce sont les points d'orgue dans la course à la Maison-Blanche. Les Conventions nationales, organisées depuis 1832 par le Parti Démocrate et depuis 1856 par les Républicains, marquent la fin de la phase des Primaires. Objectif : élire les candidats au poste de Président et de Vice-Président. Timeliner vous propose de remonter le temps à travers 4 conventions marquantes.

Depuis la fin du 19ème siècle, les deux principaux Partis politiques américains organisent des Conventions Nationales afin d’élire leurs représentants à l’élection présidentielle. Ces événements font également partie de l’Histoire du pays et certains d’entre eux ont particulièrement marqué leur temps.

LA PREMIERE CONVENTION DE L’HISTOIRE AMERICAINE – 1831, Baltimore

La première convention organisée par un parti américain fut celle des « Anti-Maçonniques », une convention qui eut lieu à Baltimore du 26 au 28 septembre 1831.

Le Parti Anti-Maçonnique fut créé en 1828 à New York, après l’affaire William Morgan, un franc-maçon en conflit avec sa loge et dont la subite disparition émut la population et renforça la méfiance à l’égard de la Maçonnerie. Son discours politique reposait sur deux critiques : tout d’abord, les francs-maçons occuperaient les postes clés de l’administration, jouissant d’un système de favoritisme particulier ; ensuite, les francs-maçons pratiqueraient une forme occulte de spiritualité, contraire à la foi chrétienne.

Pour tenter de contrer l’ascension des Partis Démocrate et National-Républicain, le Parti Anti-Maçonnique organise donc la toute première convention politique de l’Histoire de l’Amérique. L’événement se tient à Baltimore, précisément là où doit avoir lieu la Convention du Parti National-Républicain quelques mois plus tard. Sont présents 111 délégués qui doivent nommer le candidat de leur parti à l’élection présidentielle de 1832.

Et c’est avec une quasi-unanimité que fut nommé William Wirt, ancien procureur général des États-Unis et ironiquement ancien Franc-Maçon. Lors de l’élection présidentielle, il affrontera le National-Républicain Henry Clay et le Démocrate Andrew Jackson, qui remportera la Maison-Blanche.

UNE PREMIERE POUR LE PARTI REPUBLICAIN – 1856, Philadelphie

En 1854, opposés à la loi Kansas-Nebraska autorisant la pratique de l’esclavage au Kansas, des dissidents nordistes du Parti Whig et du Parti Démocrate se rassemblent à Washington D.C dans le but de devenir une vraie force politique. Leur programme : une vision progressiste et libérale fondée sur les libertés individuelles, l’éducation, la promotion sociale par le mérite et l’effort ou encore sur la loi du marché. Ils s’autoproclament « Republican Association of Washington, District of Columbia », le Parti Républicain voit le jour.

Le 22 février 1856, des Républicains des États du nord (Ohio, Massachusetts, Pennsylvanie, Vermont et Wisconsin) se réunissent à Pittsburgh, en Pennsylvanie, pour décider d’un plan d’attaque pour le nouveau Parti en vue de l’élection présidentielle qui se profile. Les représentants présents commencent par élire le premier Republican National Committee, en charge de faire passer des résolutions, notamment anti-esclavages.Republican-Convention-1856

En mars, le Comité National Républicain se réunit à Washington DC et décide qu’une grande convention sera organisée pour nommer le candidat du Parti à l’élection. Elle a lieu à Philadelphie du 17 au 19 juin 1856, où tout un programme anti-esclavage est alors établi. Après 11 scrutins, c’est finalement John C.Fremont qui sera nommé candidat à la présidence, et William L.Dayton pour le poste de vice-président au détriment d’Abraham Lincoln. En novembre, c’est le Démocrate James Buchanan qui sera finalement élu président des États-Unis.

UNE CONVENTION INTERMINABLE  – 1924, New York

Lors des Primaires démocrates organisées en vue de l’élection de 1924, deux candidats arrivent favoris à la Convention du parti à New York : William G.McAdoo, ancien Secrétaire au Trésor, et Alfred E.Smith, Gouverneur de New York.

Convention NYC 1924Dès le 24 juin, les délégués démocrates se réunissent au Madison Square Garden pour élire celui qui le représentera à l’élection présidentielle. En ce premier jour, ils voteront 15 fois, sans parvenir à faire émerger le meilleur candidat. La rumeur court déjà qu’il faudrait peut-être songer à un troisième candidat pour faire la différence. Le nom de John W.Davis commence à faire surface.

Les jours se suivent et se ressemblent, à la Convention de New York. Chaque jour amène en effet son lot de scrutins sans qu’aucune décision ferme ne soit prise. McAdoo et Smith sont toujours au coude à coude tandis que  Davis peine à gagner la troisième place.

Ce n’est qu’après 16 jours et 103 votes que John W.Davis est enfin nommé candidat démocrate à l’élection présidentielle, après que McAdoo et Smith se soient tous deux retirés de la course. C’est à ce jour la plus longue convention de l’Histoire des États-Unis, aussi connue sous le nom de Klanbake, faisant référence à l’influence très importante et aux manifestations violentes du Klu Klux Klan durant la campagne(le KKK étant alors un fervent soutien au candidat McAdoo).

C’est également lors de cette convention new-yorkaise qu’émergera pour la première fois le nom d’une femme politique, Lena Springs, pour la nomination au poste de Vice-Président.

QUAND LA TELE ENTRE EN JEU – 1948, Philadelphie 

C’est lors des conventions démocrate et républicaine de 1948 que la télévision vient bouleverser le monde politique américain. Pour la première fois dans l’Histoire, en ce 21 juin 1948, la Convention du Parti Républicain est retransmise en direct à la télévision nationale, grâce aux chaînes CBS et NBC. Il ne reste que très peu d’images de cette diffusion et on estime à près de 10 millions (sur une population d’environ 146 millions cette année-là) le nombre de téléspectateurs ayant pu assister à cette grande première.

Mais c’est véritablement dès les années 1950 que la télévision prendra tout son sens dans le paysage politique américain, tant du côté des Démocrates que des Républicains, notamment avec le fameux « Checkers Speech » de Richard Nixon, en septembre 1952 dans lequel le candidat se défend d’avoir reçu des pots-de-vin, déclarant que le seul cadeau qu’il n’ait jamais accepté était son chien, Checkers.

Et dès 1956, le poids de la télévision prend une telle ampleur que les équipes de campagne doivent s’adapter. De nouveaux postes en communication et en gestion des médias sont créés. De véritables décors aux couleurs des partis sont mis en place sur les plateaux d’enregistrement. Le staff porte des uniformes reconnaissables devant les caméras.

Véritable arme de campagne, la télévision a su profiter de son statut pour s’imposer financièrement. Selon une étude de Bloomberg, les chaînes de télévision font grimper les prix des espaces publicitaires pendant les conventions des deux partis. Pour exemple, CNN pratique des tarifs allant de $40,000 à $100,000 le spot de trente secondes, contre $5,000 en temps normal. « Nous allons vivre deux des conventions les plus intéressantes de l’Histoire politique moderne » affirme alors un porte-parole de la chaîne…

Dans la catégorieWTF?
Marine Quideau
A propos de l'auteur Marine Quideau