Timeliner





Un mardi aux urnes

Marine Quideau 15 mars 2016
Super Tuesday, le jour du vote
15Mar

Dans une très grande majorité de pays, les élections se tiennent un dimanche. Les Américains, eux, ne font jamais comme tout le monde. Eux, ils votent un mardi. Et c’est une tradition historique, au pays de l’Oncle Sam.

En 1787, lorsque la Convention de Philadelphie entreprend la rédaction de la Constitution des Etats-Unis, les délégués disposent de trop peu de temps pour s’attarder sur tous les sujets. Et le jour du scrutin fait partie de ces décisions remises à plus tard. Chacun des treize Etats peut donc choisir librement le jour où se tiendront ses élections. Seule contrainte, toutefois : organiser ce scrutin dans les 34 jours qui précèdent le mois de décembre.

Mais une telle liberté engendre fraude et désordre, des Etats allant même jusqu’à rassembler des gangs de militants pour aller voter d’un Etat à l’autre.

Ce n’est qu’en 1845 que le Congrès se penche à nouveau sur cette question. Et cette fois-ci, une décision est prise : les scrutins se dérouleront début novembre pour des raisons purement…météorologiques ! A cette période de l’année, les moissons sont terminées et le risque de neige est moindre.

Novembre est désormais acté dans la Constitution. Mais alors pourquoi un mardi ?

Une journée de cheval pour se rendre à son point de vote

Là encore pour des raisons de logistique. A l’époque, il faut facilement une journée de cheval pour se rendre à son point de vote. Or, dimanche, jour de culte, est hors de question. Lundi aussi puisqu’il faudrait partir un dimanche. Mercredi, impossible, c’est jour de marché. Jeudi, vendredi et samedi sont des jours travaillés, il faut donc limiter ses absences.

Alors va pour mardi.  Super Tuesday

Mais les contraintes du XIXème siècle ne sont plus celles d’aujourd’hui. Les électeurs sont désormais des salariés ou des étudiants. Pour eux, mardi est un jour travaillé ou un jour de cours. Ce système hérité d’une époque révolue est un lourd facteur d’abstention aux Etats-Unis. On enregistre en effet des taux d’abstention proches de 50%, notamment lors des élections présidentielles, historiquement marquées par un fort abstentionnisme.

Le système électoral américain montre de sérieuses failles

Si Barack Obama avait annoncé une réforme du système électoral en 2013, il n’a fait…que l’annoncer. Aucune réforme, aucun projet de loi, rien n’a encore été amorcé dans ce domaine. Toutefois, de nouveaux moyens de voter sont offerts aux électeurs américains, comme le vote par correspondance ou le vote anticipé.

Mais quelle que soit la manière de voter, le système électoral américain montre de sérieuses failles. Les machines utilisées pour perforer le nom du candidat de son choix (un système qui semble d’ailleurs complètement obsolète) sont parfois anciennes et perforent mal. Les bulletins électroniques ne peuvent pas être recomptés (ce qui fut à l’origine du scandale de Floride lors de l’élection présidentielle de 2000). Lors du scrutin de 2012, certains Etats touchés par l’ouragan Sandy n’avaient pas recouvré l’électricité quand vint le moment de voter. Enfin, les votes par correspondance ne sont pas secrets et peuvent se « perdre ».

Seuls Bernie Sanders et Hillary Clinton se sont prononcés en faveur d’une grande réforme électorale durant leurs campagnes.

Dans la catégorieWTF?
Marine Quideau
A propos de l'auteur Marine Quideau