Timeliner





Ted Cruz à un cheveu de Trump

Aneline Mennella 9 mars 2016
Ted Cruz et Donald Trump - CREDIT PHOTO : ABC/ Ida Mae Astute
09Mar

Le Super Tuesday l'annonçait, le Super Saturday l'a confirmé : la petite bêbête qui monte, qui monte, c'est Ted Cruz ! Et si, sur le papier, Donald Trump caracole en tête, l'ultra-conservateur de la course républicaine n'en demeure pas moins le grand gagnant des dernières primaires. Petit cours de mathématiques à la sauce américaine.

Pendant que Donald Trump et sa mèche improbable font les choux gras de la presse internationale, Ted Cruz, lui, fait son petit bonhomme de chemin. Et pourtant, personne n’en parle ! Alors certes, le milliardaire a remporté davantage d’États mais n’oublions pas que c’est avant tout le nombre de délégués qui fait la victoire. Or, ce nombre varie beaucoup d’un État à l’autre.

Rappelons que les électeurs ne votent pas pour un candidat mais pour des délégués qui, avec les super-délégués, désigneront le représentant de leur parti à la présidentielle. Il est donc temps de démarrer notre leçon de mathématiques appliquées.

Le come-back

Les Républicains comptent au total 2 472 délégués. Côté Démocrates, ils sont 4 483, soit quasiment le double. Dans un parti comme dans l’autre, le candidat qui remporte l’investiture est celui qui décroche le soutien de plus de la moitié des délégués de son camp. Ce qui nous donne donc un minimum de 1 237 délégués à obtenir pour les Républicains et 2 241 chez les Démocrates.

Ted Cruz - Crédit : Gage SkidmoreAvant le Super Tuesday, Donald Trump avait la main avec 82 délégués contre 17 pour son adversaire texan. Seulement voilà, la partie jouée ce mardi a quelque peu changé la donne. Car si l’homme d’affaire s’est imposé dans 7 États sur 11 – contre 3 pour l’ultra-conservateur religieux – la proportion de délégués est loin d’être équivalente, au contraire ! Ce jour-là, Cruz a remporté 217 délégués (252 pour Trump) multipliant le nombre de ses soutiens par 12,7.

Un come-back surprise qui ne s’arrête pas là. Lors de la bataille de samedi dernier, les urnes de la Louisiane, du Kentucky, du Kansas et du Maine ont parlé. Et pas en faveur de Trump ! Celui-ci ne s’est adjugé que 53 délégués contre 69 pour le pas tellement érotique Mister Cruz.

Ne vendons pas la peau du Trump…

Moralité : rien n’est encore joué ! D’une part, parce que plus de 1 400 délégués n’ont toujours pas été attribués. D’autre part, parce qu’avec 353 délégués, Ted Cruz est à ce jour l’alternative évidente à Donald Trump (qui en rassemble 456). Au grand dam de l’establishment du Parti Républicain d’ailleurs qui le déteste presque autant que le milliardaire.

Ted Cruz ou Donald Trump ? - Crédit : DonkeyHotey à partir de photos de Gage Skidmore et Michael VadonCeci étant dit, le Grand Old Party a tout de même réussi son coup en parvenant à ériger Cruz comme le dernier rempart face à un Trump qui reste l’homme à abattre. Et n’oublions pas la petite réserve de voix que représentent les délégués acquis par les sortants Ben Carson (8), Jeb Bush (4), Carly Fiorina (1), Mike Uckabee (1) et Rand Paul (1). Lors de la convention des Républicains, ils pourront voter pour le candidat de leur choix, à moins que leur candidat initial n’ait apporté son soutien à l’un des finalistes, auquel cas les délégués devront voter pour lui.

Reste à savoir si la famille est prête à serrer les rangs derrière le sénateur texan. Rien n’est moins sûr, en témoigne notamment la déclaration du sénateur de Caroline du Nord, Richard Burr, qui a proclamé qu’il préférerait voter pour Bernie Sanders que pour Ted Cruz.

Dans la catégorieLES NEWS
Aneline Mennella
A propos de l'auteur Aneline Mennella