Timeliner





Petit dico pour briller en société

Marine Quideau 15 mars 2016
dico
15Mar

Le système électoral américain peut sembler un véritable casse-tête. Timeliner vous offre un petit lexique pour agrémenter votre culture sur les élections américaines. Et peut-être remporter la prochaine partie de Trivial Pursuit.

BALLOT ACCESS : Littéralement, « l’accès au scrutin ». Cela regroupe les conditions que doit rassembler un candidat pour se présenter à l’élection présidentielle. Mais aux Etats-Unis, chaque Etat est libre d’imposer les conditions de son choix (âge minimum, nationalité, nombre de parrainages…)

BELLWETHER STATE : Etat qui vote toujours pour le candidat qui finalement remportera l’élection. C’est le cas de l’Ohio qui, depuis 1896, a toujours voté pour le futur président, exception faite des scrutins de 1944 et 1960.

BIBLE : Lors de l’Inauguration Day, en janvier, le nouveau président prête serment lors d’une grande cérémonie. Si la grande majorité des présidents a prêté serment sur la Bible, ceci n’est pas une obligation constitutionnelle, plutôt une tradition. Theodore Roosevelt en 1901, par exemple, avait préféré un code de loi.

COATTAIL EFFECT : Qu’on pourrait traduire par l’effet Colle-aux-basques ». A la suite d’une élection, le Parti du candidat victorieux est d’emblée favori pour les prochains scrutins, notamment au Congrès. Au lendemain de l’élection, ceux que l’on verra traîner dans le sillage du nouveau Président, pour tenter de gagner ses faveurs et donc un poste, sont appelés « coattails ».

FAITHLESS ELECTORS : Grands Electeurs qui ne voteront pas en faveur du candidat qu’ils sont censés soutenir.

GROUPES 501(C)(4) : Chaque donateur des PAC, ces comités de soutien aux candidats, est connu des autorités régulatrices. Mais certains préférant rester discrets peuvent passer par des Groupes 501(C)(4) pour faire parvenir leurs dons. Ces associations à but non-lucratif, qui tiennent leur nom du paragraphe 501c alinéa 4 du Code fédéral des Impôts américains, sont autorisées à lever des fonds illimités, contrairement aux Super PAC, et ne sont pas tenues de dévoiler le nom des donateurs.

HARD MONEY vs SOFT MONEY : Cette distinction est un héritage des lois sur le financement des campagnes aux élections fédérales. Le  HARD MONEY, tout d’abord, ce sont des dons directs aux candidats et donc soumis aux lois sur le financement des campagnes. Cet argent, dont le montant est limité, peut provenir d’individus ou de PAC. Le SOFT MONEY, en revanche, est une donation indirecte, via le Parti ou des comités de soutien, dont les montants sont illimités et non régulés. Ces donations peuvent elles-aussi provenir d’individus ou de PAC mais également de sociétés privées. Pour leurs campagnes 2016, Hillary Clinton a reçu le soutien de DreamWorks  Animation tandis que Ted Cruz, lui, a pu compter sur la banque Goldman Sachs.

LAME DUCK : ou « canard boiteux ». Cette expression peu flatteuse fait référence au Président sortant qui a perdu les élections ou qui n’était pas rééligible, mais qui reste toutefois en poste jusqu’à l’investiture de son successeur.

NEGATIVE ADS : Pratique interdite en France, la publicité négative est un outil très utilisé aux Etats-Unis, à tel point qu’elle est maintenant encadrée par les lois de financement électoral. Elle consiste à produire et diffuser des spots publicitaires préjudiciables à l’opposant.

OCTOBER SUPRISE : Cette expression suggère qu’un événement inattendu, survenant en octobre, soit peu de temps avant l’élection, sera décisif dans le résultat du scrutin. C’est en 1972 que ce terme fait son apparition.  Une dizaine de jours avant l’élection, Henry Kissinger, pourtant favori, avait déclaré que « la Guerre du Viêt-Nam était à portée de main » pour les troupes américaines. Une déclaration peu populaire qui aurait permis à son opposant, le président sortant Nixon, de remporter un second mandat.

POTUS : c’est le nom de code donné au Président. Il reprend simplement les initiales de President Of The United States.  On doit cet acronyme au journaliste Walter Philips, de l’Associated Press, en 1879. La Première Dame est quant à elle désignée par l’acronyme FLOTUS, First Lady Of The United States.

Dans la catégorieWTF?
Marine Quideau
A propos de l'auteur Marine Quideau