Timeliner





Ces super-délégués qui pourraient changer la donne

Aneline Mennella 29 mars 2016
Super-délégués - CREDIT PHOTO : Library of Congress Prints and Photographs Division Washington DC
29Mar

On l'a compris, les Américains ne votent pas pour un candidat mais pour des délégués. Ce sont eux qui voteront pour leur candidat lors des Conventions de cet été. Seulement voilà, il n'y a pas qu'un seul type de délégués ! Qui sont-ils et quels sont leurs pouvoirs ? Décryptage d'un processus mathématico-élitiste.

Côté Démocrates : les super-délégués

Commençons par les délégués, en anglais pledged delegates, littéralement « délégués promis ». Ils sont censés voter en fonction des résultats des primaires et autres caucus. Ils signent d’ailleurs un document allant dans ce sens. Cependant, il ne s’agit que d’une promesse ! Par conséquent, lors de la Convention, ils peuvent parfaitement voter pour le candidat de leur choix sans enfreindre la loi.

Passons maintenant aux unpledged delegates, les super-délégués. National Convention - CREDIT PHOTO : Mike DIls sont à ce jour 712 mais ce nombre peut évoluer jusqu’au jour de la Convention. Contrairement aux « simples » délégués, ils ne sont pas élus mais nommés par l’establishment Démocrate. Anciens ou actuels membres et officiels du Parti (présidents, sénateurs, gouverneurs, membres du Congrès…), ils pourront voter librement lors de la Convention.

Ce statut de super-délégué a été créé en 1982. Le Parti Démocrate venait alors de changer le processus de sélection des délégués afin que la composition de la Convention soit la plus représentative possible des votes et moins des velléités de l’establishment. Une mesure vue d’un mauvais œil par les apparatchiks du Parti qui ont alors créé les Super-délégués ! Aujourd’hui plus que jamais ce statut privilégié et jugé non démocratique par certains fait débat.

Côté Républicains : les délégués libres

Les délégués Républicains sont quant à eux tenus de voter pour le candidat désigné lors des primaires ou des caucus. Pas question de changer d’avis lors de la Convention, du moins lors du premier tour. Selon leur État, les délégués doivent maintenir leur vote lors du deuxième voire du troisième tour.

Chez les Républicains on ne parle pas de super-délégués mais de unbound delegates, autrement dit des délégués libres. Ils sont trois par État et territoire américain (le président du parti pour l’État et deux membres du comité de l’État)Republican Convention 2008 - CREDIT PHOTO : Library of Congress Prints and Photographs Division Washington DC soit 168 au total. Ils pouvaient jusqu’alors voter pour le candidat de leur choix lors de la Convention. Mais en décembre dernier, le Grand Old Party a décidé de changer cette règle afin de donner une tournure un peu plus démocratique au scrutin. En gros, les unbound delegates devront dorénavant soutenir le candidat qui aura remporté la majorité des délégués dans leurs États respectifs. Toutefois, à l’instar des traditionnels délégués, ils pourront modifier leur vote après le premier ou le deuxième tour de la Convention.

Cette décision du GOP de contraindre les unbound delegates fait lui aussi bondir certains cadors du Parti, presque jaloux de la liberté des unpledged delegates Démocrates. Et pour cause, le vote de ces délégués plus vraiment libres devra refléter les suffrages exprimés lors des primaires et caucus passés. Plus question donc de faire pression sur les uns ou les autres pour orienter l’élection et donc le gagnant.

Bonnet blanc-blanc bonnet

Mais alors au final, le vote de ces délégués spéciaux a-t-il plus de poids ? Eh bien pas du tout ! Lors des Conventions, leurs voix compteront autant que celles de leurs Laché de ballons lors de la Convention Nationale des Républicains, 2012 - CREDIT PHOTO : Mallory Benedict-PBS NewsHourpetits camarades. Donc, si l’on résume, pour remporter la primaire Démocrate, le ou la gagnant(e) devra recueillir le soutien d’au moins 2383 délégués et/ou super-délégués. Idem pour l’élu des Républicains, qui devra recevoir au moins 1237 voix, tous types de délégués confondus.

Dans la catégorieWTF?
Tagged as :
Aneline Mennella
A propos de l'auteur Aneline Mennella